Contenuto pagina
Turismo.pesarourbino.it
Provincia di Pesaro e Urbino
Sito in fase di aggiornamento a seguito del riordino delle Province (L. 56/14 e L.R. Marche 13/15)

Urbino

Ancien chef-lieu du duché de Montefeltro, situé sur deux collines. Les toits des habitations et des églises déclinent doucement vers Porta Lavagine au nord-est et Porta Valbona au sud-ouest. Urbino est l'une des destinations les plus fréquentées par le tourisme artistique mondial, grâce à son histoire, à ses monuments et aux oeuvres d'art qui foisonnent dans cette ville. Ses origines très anciennes sont témoignées par les vestiges des remparts et du théâtre du IIIe siècle avant J.-C., lorsque Urvinum Mataurense était un municipe romain. Sa position stratégique en fit une protagoniste pendant les luttes de l'époque féodale, au moment où elle prit parti pour les gibelins et Antonio da Montefeltro qui, après avoir réprimé une insurrection à Rome contre Frédéric Barberousse, reçut le titre de comte et la charge de vicaire impérial d’Urbino (1155). Ce fut le début de l'union entre la ville d’Urbino et la dynastie des Montefeltro qui, malgré des moments difficiles et différents contrastes, se perpétua jusqu'à l’extinction de la famille des Montefeltro. Les premiers contacts avec le monde de l'art remontent à l'époque du comte Guidantonio. En 1416, les frères Lorenzo et Jacopo Salimbeni furent chargés de peindre à fresque l'oratoire de S. Giovanni, suivis par Ottaviano Nelli de Gubbio et Antonio Alberti de Ferrare dont l'on trouve de nombreuses oeuvres à Urbino. Après la mort de Guidantonio (1443) et l'assassinat de son jeune fils Oddantonio (1444), ce fut principalement sous Federico da Montefeltro, dans un premier temps comte, puis duc, qu'Urbino a atteint l’apogée de sa splendeur artistique, surtout après l'affirmation de la suprématie territoriale du Montefeltro, définitivement soustrait aux ambitions expansionnistes de Sigismondo Malatesta (1463), après sa défaite. Il fit embellir et agrandir la demeure médiévale des Montefeltro, dans un premier temps par Luciano Laurana, puis par Francesco di Giorgio Martini; cette demeure devint enfin le splendide Palais Ducal, véritable joyau architectural de l'art Renaissance, aujourd’hui siège de la prestigieuse Galerie Nationale des Marches, où sont conservés nombre de chefs-d'oeuvre tels que: la "Flagellation" et la "Madone de Senigallia" de Piero della Francesca ainsi qu’un portrait de femme, dite la "Muette", réalisé par Raphaël. Un véritable palais royal où sont immortalisés le duc Federico, son fils Guidubaldo et la splendeur de leur Cour, de la 'Salle du Trône' à l’oeuvre unique représentée par l'étonnant 'Studiolo' (bureau) du duc, en précieuse marqueterie, orné de portraits d’"Hommes illustres". En flânant dans les rues et dans le dédale de ruelles d’Urbino, on est surpris par les innombrables facettes d'une sorte de mosaïque urbaine qui conserve les témoignages d'un long passé artistique et culturel: l'imposante Cathédrale néo-palladienne, reconstruite par Valadier après le tremblement de terre de 1784, le magnifique portail en travertin (avec la lunette de Luca della Robbia) de l'église de S. Domenico, ou encore l'église médiévale de S. Francesco au magnifique clocher gothique et le grand retable de l'autel de Federico Barocci, la maison natale de Raphaël, siège de l’Académie homonyme fondée en 1869. Plus en haut, la Forteresse Albornoz; de ses gradins, on a une vue surprenante qui survole le Palais Ducal et ses 'Tourelles', pour nous offrir le doux paysage des collines les plus proches, par exemple celle où se dresse l'église de S. Bernardino (XVe siècle), siège du Mausolée des Ducs. De Borgo Mercatale, dans la vallée, on a une vue imprenable sur la ville et l'imposant volume semi-cylindrique qui renferme la Rampe hélicoïdale du XVe siècle de Francesco di Giorgio Martini, surmontée par le Théâtre 'R.Sanzio' (XIXe siècle): plus haut, les absides, la coupole et le clocher de la Cathédrale, les baies vitrées du jardin suspendu et la splendide aile occidentale du Palais Ducal. Urbino est également la ville de la culture par excellence. Celle de la “Libera Università” (Université de renommée mondiale), des Collèges modernes, de l'Institut Supérieur pour les Industries Artistiques (ISIA), dont le siège se trouve dans le monumental ex-monastère de S. Chiara. N’oublions pas 'l'école du Livre', qui a une excellente renommée de "pépinière" de talents dans le domaine des arts graphiques et des différentes techniques de la gravure. Parmi un grand nombre de manifestations prestigieuses, Urbino célèbre chaque année, au mois d'août, la Fête du Duc, évocation historique en costumes, animée par un cortège dans les rues du centre, auquel participent des saltimbanques et des cracheurs de feu, culminant avec le défi entre les différents comtés en présence de la Cour Ducale. Gastronomie: Pâtes et viande aux champignons et aux truffes, Dinde à la "gossuta", "Casciotta", "Crescia sfogliata".

Copyright © 2018 Provincia di Pesaro e Urbino - Gestito con Docweb [id] - Privacy Policy